Thursday, November 18, 2021

Confined in my tent

Last update: 18 Nov 2021

Please use GoogleTranslate or Deepl.com (better) to have this page in another language. Thank you.

Cette page est dédiée au projet/défi "Confined in my tent" (confiné dans ma tente) et c'est ici que je vais mettre les informations les plus récentes, en toute transparence, afin que les partenaires puissent s'aligner et être au courant des détails spécifiques, contraintes, décisions et avancement du projet.

Cette page est donc "Work in Progress" et lorsque le projet sera terminé, cette page sera finalisée et remaniée afin d'être propre. Vous pouvez retrouver cette page via ma liste d'expéditions. Le défi se déroulant principalement avec des partenaires francophones, cette page ne sera pas traduite en Anglais/NL.

News:

18/11 : Je commence lentement la médiatisation du projet / L'ECAM a fini le concept de la plateforme. Surprise, à voir son mon Instagram / Facebook.





Important: Ce défi a été validé en consultation avec la ville de Tournai et l'équipe VivaForLife: Bourgmestre, Pompiers, Permis de la Police/ Ils ont choisi le lieu idéal qui me convient le plus aussi.

Confined in My Tent : Performance mentale / artistique / aventureuse dans le cadre de l'action VivaForLife qui vise à récolter des fonds pour lutter contre la pauvreté des enfants.

Ceci est une photo truquée donnant l'exemple attendu de manière simpliste.

A toute personne lisant ce texte, le défi n'est pas évident à préparer, il me faut des contacts:
  1. D'entreprises qui pourraient être intéressé par le défi / visibilité
  2. De journalistes autour du monde - Newsletter pour journalistes
  3. Influenceurs qui auraient beaucoup de followers et qui pourraient vouloir parler du projet où faire un interview avec moi.
Mon contact: +32 492 911 250 / info ATT louis-philippe-loncke.com (Pas de SPAM SVP)

Dates et lieu du défi CIMT (Confined in my tent): 168h (1 semaine complète) 15 au 22 décembre (début 10h du matin, fin 10h du matin) sur la Place Paul-Emile Janson, Tournai
Dates action VivaForLife: 144h du 17 au 23 décembre, Grand Place de Tournai.
Pourquoi ce défi insolite, surréaliste, belge quoi?

Depuis plusieurs mois on parle beaucoup de la notion de liberté. Pour moi la liberté dépend des autres et la liberté est donc toujours relative et d'une certaine façon limitée à une certaine bulle autour de nous ou dimension sociale ou géographique. La liberté s'arrête ou commence celle des autres. Le défi est donc une analogie en plus petit de la vie.
Sur la plateforme, je suis à 100% libre mais le périmètre de ma liberté est limité. Via cette performance mentale et artistique, je veux faire réfléchir sur les libertés individuelles et faire prendre conscience qu'il faut relativiser les règles de confinement qui certes ne sont pas faciles et pas toujours mises en place dans des bonnes règles de gouvernance. On a une certaine liberté mais pas totale car elle dépend des autres. C'est tout le débat actuel et difficile avec le pass sanitaire : utile pour cloisonner la liberté de certains et ralentir la propagation du virus et en même temps presque dangereux d'un point de vue politique, moral et mental car c'est une forte réduction de liberté et de discrimination dans certains cas.
Ma liberté sera donc limitée à cette plateforme pendant 1 semaine et j'espère récolter 100.000€ pour l'action vivaforlife de la RTBF. Je restreins ma liberté temporairement et de manière choisie afin de pouvoir aider les personnes plus pauvres afin qu'elles puissent récupérer in fine un peu plus de liberté.

Pourquoi le choix de ces dates / lieu?
  • Permet au départ et au début du défi CIMT d'avoir des médias visuels nationaux et internationaux de venir faire un reportage.
  • Terminer avant la fin de l'action VivaForLife permet d'aller potentiellement remettre un chèque du montant levé par ce défi aux 3 animateurs enfermés dans le cube VivaForLife.
  • Permettre de démonter et libérer la place/le lieu avant Noël afin de respecter la fête en famille pour tout le monde.
  • 10h du matin? Cela permet de passer au Journal télé de 13h et 19h/19h30/20h.

Insolite / Défi? 1 semaine suspendu en l'air sur une plateforme de 5m²
  • Etre confiné dans un lieu en l'air à déjà été fait. Par contre SUSPENDU (et donc plateforme bouge un peu avec le vent) + au début de L'HIVER, ceci est clairement nouveau.
  • Je vais non seulement vivre en haut mais aussi me filmer, inter-agir avec les passants, parfois rester dans la tente pour lire mes emails et faire des vidéos en live etc... c'est un travail permanent.
  • Je ne sais pas comment mon corps va réagir après 1 semaine en étant sur une surface mouvante. Vais-je aussi tenir mentalement?
  • Hauteur: 10 m mais s'il faut être à 7-8m c'est OK pour moi mais pas plus bas. Plus haut? Non. Le vent serait un peu fort et je ne pourrais pas bien voir et être vu. Je veux pouvoir interagir surtout avec les enfants.

La Plateforme
  • Les dimensions idéales sont 5m² et 2.5 * 2 m. La tente MSR Hubba NX Solo fait 1m³
  • Autonome: Eau, Nourriture, Réchaud à gaz, électricité, déchets.
  • Structure métallique plancher en bois avec double fond (stockage, toilette)
  • Partenaires à confirmer: ECAM, mon école d'ingénieur + moi/mon père pour le bois
  • Déjà reçu: 14 plats lyophilisés et MX3 et barres céréales CLIFbar.
  • Echelle de corde pour moi monter sur la plateforme au départ. Je hisserai le matériel au sol depuis la plateforme. La plateforme monte donc sans moi. Par contre, elle descendra avec moi dessus à la fin du défi.
  • Un seau attaché à une corde me permettra par exemple de récolter des messages d'enfants, de personnes qui m'encouragent.
 

Sur internet:
  • Idéalement on pourrait avoir 1 ou 2 webcams pour avoir un LIVE en permanence. Sur mon site web et où des lives réguliers sur Facebook ou Youtube. Stories sur Instagram.
  • VidéoConférences avec écoles ou entreprises s'ils veulent me parler

Médias

  • Je vais envoyer 2 communiqués de presse via Belga (1 jour avant le défi, vers la fin du défi) + newsletter Press Release pour journalistes
  • Je vais contacter Reuters, AFP etc... et aller jusque mes contacts journalistes en Australie. Le défi étant insolite, il devrait pouvoir faire un certain BUZZ.
  • La médiatisation maximale du défi est importante: pour moi/le défi + pour les partenaires + pour la ville où se déroule le défi + l'action VivaForLife
  • Je suis preneur de tout contact média sur la planète. Je parle FR/NL/EN/ES, je peux lire un texte en Russe.
  • Je peux être interviewé par internet et in situ. N'étant pas très haut je peux parler aux journalistes en bas. Faire aussi monter un micro via un petit seau attaché à une corde.
  • Liste des articles / reportages réalisés.

Après le défi?
  • Il faudra remercier les partenaires, compiler la liste de tous les médias/article ici.
  • Réaliser le film
  • La plateforme et la tente pourraient devenir une expo temporaire (musée?) ou permanente dans un lieu avec le film qui tourne en boucle
  • Faire des conférences (écoles, entreprises, publiques)

Le Film "The Mad Belgian - Confined in my Tent".
  • produit par (moi) MeetExplorers et peut-être en co-production avec une autre organisation.
  • à voir si le film est intéressant pour la télé
  • à terme sera mis gratuitement sur Youtube chaîne de MeetExplorers. Un maximum de personnes visionnant le documentaire est aussi une belle promotion pour les partenaires du défi.
  • Le film montrera la construction de la plateforme + la montée/descente de la plateforme et la vie pendant les 7 jours sur la plateforme. Idéalement un format entre 26 et 52 min.

Partenaires confirmés

Mon Offre aux partenaires (sponsors), à discuter et ouvert à d'autres contreparties
Il n'y a volontairement pas de packages "bronze, argent, gold" car ce genre de sponsoring est dépassé. Il y tant de possibilités qu'il faut répondre exactement au besoin, idées d'un partenaire et fixer un prix sur le service global que ce soit avant, pendant et après le défi. Certes, un budget de 500€ est le minimum pour ce projet.
Il est estimé que 30.000 personnes passeront voir l'installation. En fonction des médias et de la météo, ce nombre pourrait monter à beaucoup plus et en plusieurs millions avec les vues sur internet au niveau mondial.
  • LOGOS in situ pendant le défi:
    • Logo sur la bâche (barrière HERAS/NADAR) avec ou sans explication du produit/service
    • Logo sur la tranche (épaisseur) de la plateforme
  • LOGOS online pendant/après le défi:
    • Logo / Photo sur mes réseaux sociaux
    • Logo permanant sur la page du défi de mon site web
    • Logo dans ma newsletter
  • Services videos pendant le défi:
    • Filmer 30-60 secondes un produit pour l'entreprise, témoignage
    • Vidéos LIVE d'un produit en ligne
  • Documentaire
    • Logo vu au générique de début et/ou fin
    • Produit vu dans le documentaire (Diffusions: télé/conférences/Youtube/Festivals)
  • Conférence / Exposition:
    • Logo au début de chaque conférence / local ou international
    • Conférence pour votre public (interne, externe & clients)
    • Présence ou non de la plateforme dans un lieu pour attirer le regard
Remarque: si le défi est réussi, je suis ouvert à recommencer le défi dans une autre ville dans un futur voir pour une action bien définie. La plateforme doit être réutilisable.

Je suis en train de chercher une personne qui puisse m'aider à mettre un prix pour chaque offre possible afin d'avoir un prix juste pour les 2 parties.

Matériel a encore trouver
  • Gardiennage la nuit?
  • Bâches imprimées?
  • Batterie/Electricité?
  • Internet: Wifi de la ville et/ou Wifi partagé des habitants locaux ?

  • Assurance?
Partenaires pour le défi
  • Entreprises partenaires confirmées:  Neibo Telecom, Grues DUFOUR, Nourriture: MX3 (France) et CLIFbar (USA) et Cannavie.
  • Institutionnels: Ville de Tournai (lieu),Ville de Mouscron (prêt des barièrres NADAR et HERAS), ECAM (école d'ingénieurs: conception et fabrication de la structure métallique)
  • Reste du matériel: LONKKO (camping, eau, gaz, caméras...)
  • Un ami qui a gravi l'Everest me prête le matériel de sécurité: harnais, corde, mousquetons...

Dons pour VivaForLife
  • Chaîne télé qui confirmerait de diffuser le film: RTBF? Notele ? autre ?
  • Médias qui voudrait parler du défi tous les jours à la radio ? internet ? interviews de 2 min journalier sur les 24h passés.
  • Agence de communication qui veut donner un coup de main à la médiatisation du défi ? national, à l'international ?

  • Médias confirmés: Groupe IPM (LaDH) qui lance son pôle aventure en cette fin 2021 / NoTele fera également un reportage (avant/après).

Sunday, November 07, 2021

The Mad Belgian at the Dutch Mountain film festival





 


EN: I went this weekend to the DMFF or Dutch Mountain Film Festival. I had a blast. The festival is well organized and I enjoyed it very much. I also climbed for the fun and once the highest stairs of the Netherlands: Trap Wilhelminaberg. My first film (as producer) The Mad Belgian: Keep Walking has been screened on the sunday afternoon although it was at first not even selected. This allowed it to have its entry in IMDb.com.

FR: Je suis allé ce week-end au DMFF ou Dutch Mountain Film Festival. Je me suis éclaté. Le festival est bien organisé et j'ai beaucoup apprécié. J'ai aussi grimpé pour le plaisir et une fois les plus hauts escaliers des Pays-Bas : Trap Wilhelminaberg. Mon premier film (en tant que producteur) The Mad Belgian : Keep Walking a été projeté le dimanche après-midi bien qu'il n'ait d'abord même pas été sélectionné. Cela lui a permis d'avoir son entrée dans IMDb.com.

Saturday, September 25, 2021

Cabaret du Club Alpin

 

 


EN: I went to the CABaret festival of the CAB (Club Alpin Belge) in Freyr (near Dinant) by cycling with my shitty bike from Brussels to the forest where I it located. The place passed the climbing cliffs and I went there mainly to meet Belgian adventurers like Arnaud Maldague (The Manneken Trip) and Gilles Denis (Nanok Expedition) I camped in my tent, a day away from the screen.

EN : Je suis allé au festival CABaret du CAB (Club Alpin Belge) à Freyr (près de Dinant) en pédalant avec mon vélo de merde de Bruxelles à la forêt où le festival se trouvait. L'endroit passait devant les falaises d'escalade et j'y suis allé principalement pour rencontrer des aventuriers belges comme Arnaud Maldague (The Manneken Trip) et Gilles Denis (Nanok Expedition). J'ai campé dans ma tente, une journée loin de l'écran.

Tuesday, August 31, 2021

Kungsleden unsupported - world first expedition

 





EN: A few days ago, I arrived tired and weighing around 75kgs (82kgs in April) in Abisko in the Swedish Lapland. It took me 19 days to do the Kungsleden trail 100% unsupported. This means I always slept in my tent (never entered a tourist hut), paddled with my packraft all 7 official lake crossings and carried all my food/equipment/batteries from start to end. Underway I had a muscle injury and stopped for 1 full day, climbed the beautiful mountain cliff Skierfe and summited the highest mountain of Sweden : Kebnekaise North (and South summit). I filmed it all so I expect a documentary film about it in 2022.

FR : Il y a quelques jours, je suis arrivé fatigué et pesant environ 75kgs (82kgs en avril) à Abisko en Laponie suédoise. Il m'a fallu 19 jours pour faire le Kungsleden trail 100% sans assistance. Cela signifie que j'ai toujours dormi dans ma tente (je ne suis jamais entré dans une cabane pour touristes), que j'ai fait les 7 traversées officielles de lacs en pagayant dans mon packraft et que j'ai porté toute ma nourriture, mon équipement et mes batteries du début à la fin. En cours de route, j'ai eu une blessure musculaire et je me suis arrêté pendant une journée entière, j'ai escaladé la magnifique falaise de Skierfe et j'ai atteint le sommet le plus haut de Suède : Kebnekaise Nord (et sommet Sud). J'ai tout filmé et j'espère pouvoir réaliser un documentaire à ce sujet en 2022.

Details:

  • Dates: 07-25 AUG 2021
  • Live Tracker: https://eur-share.inreach.garmin.com/louphi
  • Backpack weight at the start: 31 kgs including 3L water and 12,5 kgs food
  • Highest point: summit of Sweden (new summit is now Kebnekaise North) at 2097m
  • Special "unusual" equipement for the Kungsleden: Packraft & paddle, microspikes crampons.
  • Total duration: 18 days and 9 hours. (including injurt/rest day, waiting times for wind to calm down)
  • FKT records: https://fastestknowntime.com/route/kungsleden-sweden

Final map and daily distances.




Wednesday, July 21, 2021

First Film - The Mad Belgian - Keep Walking

 

EN: One year after finishing the project #EverestBuerenChallenge, my first film as producer (MeetExplorers Productions) - The Mad Belgian - Keep Walking is finished in English. The French version will be in a week or so. Very proud of the work of cameraman and director Ivan Dunsmore.

The film is currently on status UNLISTED on the MeetExplorers Youtube Channel. Why?

  • We want to submit the film first to many Adventure Film Festivals
  • Perhaps sent it later to paid online streaming platforms
  • I want personally to use it in conferences in 2022 with ideally 3 other films to produce in the coming 6 months.
  • Then of course, in 1 year or so, we'll release the link freely to Youtube.

FR: Un an après avoir terminé le projet #EverestBuerenChallenge, mon premier film en tant que producteur (MeetExplorers Productions) - The Mad Belgian - Keep Walking est terminé en anglais. La version française le sera dans une semaine environ. Très fier du travail du caméraman et du réalisateur Ivan Dunsmore.

Le film est actuellement en statut NON LISTé sur la chaîne Youtube de MeetExplorers. Pourquoi ?

  • Nous voulons d'abord soumettre le film à de nombreux festivals de films d'aventure.
  • Peut-être l'envoyer ensuite à des plateformes de streaming en ligne payantes
  • Je veux personnellement l'utiliser dans des conférences en 2022 avec idéalement 3 autres films à produire dans les 6 mois à venir.
  • Puis bien sûr, dans 1 an environ, nous diffuserons le lien librement sur Youtube.

Thursday, July 08, 2021

Expédition Autonomie complète - expédition première mondiale

ENGLISH HERE

Cet article a été publié en premier sur le BLOG (et page Facebook) de la SEF.

Depuis plusieurs années, les expéditions et exploits de divers aventuriers et explorateurs sont mis en avant dans les médias et sur les réseaux sociaux. C’est une très bonne chose pour l’écosystème puisqu’on a besoin d’une certaine visibilité qui permet à terme de vendre un produit dérivé comme un livre, un film ou une conférence. Évidemment, certaines personnes sont peu ou pas médiatisées et on n’entend pas parler de leur exploit ou alors simplement dans un cercle restreint lié à la discipline comme la spéléologie.

Depuis les années 1980, le nombre d’expéditions à caractère sportif (avec un objectif de record) explose et comme dans tout « sport », il y a certains codes à respecter par la communauté. Il n’y a pas de fédération nationale ou internationale sur les expéditions sportives mais il existe une terminologie, un vocabulaire qui est compris des plus anciens et qu’il faut connaître. Le danger de ne pas maîtriser ce vocable est que le novice annonce une expédition et commet une erreur qui puisse fritter fortement la communauté.

En bref, régulièrement la communauté découvre une publication trompeuse à propos d’une expédition qui la rend aux yeux du public plus difficile qu’elle ne l’est en réalité ; soit de manière volontaire en utilisant un mot vague sujet à interprétation, soit de manière maladroite. L’exploit est alors embelli par un journaliste qui ne connaît pas bien le milieu et lecteur y lit un récit attirant qui paraît audacieux mais qui ne l’est pas en comparaison à d’autres expéditions.

Parfois, les non-dits font qu’il y a clairement un mensonge sur le déroulement d’une expédition. Ce cas est rare mais pas anecdotique.

Les 2 problèmes les plus récurrents concernent les premières mondiales et la notion d’autonomie complète (ou totale). Il y a de la subjectivité lorsque ces points sont abordés mais au fil du temps s’est dégagé un certain consensus.

Explications
Note : ce texte se veut concis et ne détaille qu’en partie le problème qui existe lorsqu’on manque de connaissance ou de précisions dans le descriptif des expéditions avec exploit.

Les premières mondiales.
Il y a les « grandes » premières mondiales comme gravir en premier l’Everest ou atteindre un pôle. Dans les grandes premières notables il y a les styles et les variantes. Gravir l’Everest en solo ou sans oxygène est un style différent. Une variante est par exemple une nouvelle route. On peut être le premier à gravir l’Everest selon une nouvelle route ou aller au pôle en partant d’un autre point de départ. Souvent lorsque le défi est plus difficile, engagé ou dangereux, la communauté reconnaît l’exploit.

Il y a aussi les diverses premières qui dépendent de la personne : premier de telle nationalité ou ayant un attribut comme un handicap (aveugle).

Il y a des premières qui font le buzz et qui n’en sont pas vraiment. Le premier à faire un snapchat en haut de l’Everest. En soi c’est une première mais cette première aurait très bien pu être réalisée précédemment et ne démontre pas une nouvelle manière de réaliser l’exploit qui demande une préparation, intelligence ou prise de risque notable.

Louis-Philippe Loncke Simpson Desert Trek 2008

Vous pouvez tenter de devenir la première personne à atteindre le sommet de la planète avec un casque rose. On risque plus d’en rire que de vous féliciter.

Certaines personnes inventent des premières mondiales un peu ridicules que l’on peut facilement démonter : être le premier à faire 100km en moins de 8h en kite en Antarctique… alors qu’une personne avait déjà couvert 600 km en 24h auparavant et ne s’en n’est pas vantée parce que c’est une distance régulièrement atteinte.

Il y a des premières qui sont des combinaisons de défis qui ont du sens et d’autres pas. Le challenge des 7 sommets a du sens (gravir le plus haut sommet de chaque continent). Être le premier à traverser à pied les 5 plus grandes îles du monde a du sens ? C’est moins évident car en fonction de la définition prise, on n’a pas les mêmes 5 îles. De plus comment définir une traversée d’un endroit ? Traverser l’Italie du Nord au Sud ou d’Est en Ouest n’est pas pareil. Doit-on ajouter la traversée des grandes îles qui font partie de l’Italie comme la Sardaigne et la Sicile ? Dans tous les cas, tout aventurier et explorateur un peu sérieux se doit toujours de présenter la carte du trajet.

L’autonomie complète.
Un sujet qui fait débat encore aujourd’hui se situe dans l’interprétation de réaliser une expédition ou un défi en autonomie complète. Surtout en Anglais où l’on peut retrouver les termes « full autonomy, unsupported, unassisted ». On se limitera ici aux défis avec progression « horizontale » entre un point de départ et point d’arrivée bien définis, qui peuvent être le même dans le cas d’un aller-retour ou d’une boucle.

De manière simple, être en autonomie complète c’est ne dépendre de personne pendant la durée du défi. On pourrait dire dans certains cas être seul au monde pendant son défi, l’humanité hors de notre bulle n’existe plus. Le terme peut être utilisé en voile mais il est surtout utilisé pour les expéditions de type polaire (pôle Nord, pôle Sud, Groenland)

En pratique ça donne quoi ?

On refuse de se réapprovisionner ou de recevoir de l’aide en cours de route et cela inclut de ne pas déposer de vivres ou de matériel à certains endroits au préalable. L’erreur régulière est pour les personnes ou groupes qui sont « seuls » sans équipe logistique et qui sont en fait autonomes lors d’aventures longue durée en progression (souvent de la marche). Ils achètent des vivres en cours de route, voire se reposent en hôtel ou chez l’habitant. Comme c’est pas « maman » qui fait les courses car ils sont assez grand pour le faire seul, ils se croient en autonomie complète, ce n’est pas le cas.

Si on marche jusqu’à un lac et qu’un kayak s’y trouve afin de traverser le lac, c’est une assistance car le kayak a été déposé au préalable. Il n’est donc pas possible de prétendre à l’autonomie si on traverse un continent en voilier ou en avion par exemple. Dans ce cas on aurait un long périple composé de plusieurs expéditions qui elles peuvent être en autonomie. Mais il faut bien comprendre que toute autonomie s’arrête dès qu’on se réapprovisionne où qu’on reçoit une aide extérieure.

Critique
Utiliser une route en asphalte ? Une piste ? Un pont ? Est-ce une assistance ? Et bien tout dépend du contexte et il faut comparer au passé. Si on retire les humains, il semble que l’utilisation de structures construites par l’homme n’est pas considérée comme une assistance. On peut donc être en autonomie complète et utiliser cela. Sauf qu’il y a des exceptions à cela. Dans les terres polaires, il n’y a théoriquement pas de route. C’est pour cela (entre autres) que Colin O’Brady a été fortement critiqué après sa traversée de l’Antarctique. Il a utilisé la piste damée par un engin à chenilles qui va du pôle Sud vers la côte. C’est une ligne ou route qui est en plus balisée. L’effort physique et mental (direction à prendre) est fortement rendu plus facile. Et, en comparant les autres expéditions précédentes qui ont évité ou pas emprunté cette piste, ce n’est pas correct. C’est clairement une aide sur des centaines de km.

Ce n’est pas le cas sur un chemin de randonnée officiel bien connu. Si par exemple on décide de faire le GR20 en autonomie complète, eh bien le GR20 utilise des ponts, des bouts de route… et cela ne pose pas de problème puisque le chemin est bien défini et est pareil pour tous.

Louis-Philippe Loncke Tasmania 2007


Si on veut établir et prouver un record en autonomie (complète), il faut s’arranger d’en apporter les preuves. Aujourd’hui un traceur GPS permet de rapporter des points sur une carte en temps réel. On peut y observer le chemin pris, la géolocalisation avec « timestamp » permet d’estimer qu’on a bien une vitesse « lente » si on est fortement chargé au départ (par exemple un sac de 45kgs sur le dos), qu’on a des pauses fréquentes, qu’on n’est pas resté 30 min dans un village (ah, on aurait fait du shopping ?) ou pire qu’on passe une nuit dans le village (dans un gîte ou sous tente ?). Il est aussi évidemment considéré « normal » de ne dormir que sous tente (ou lieu naturel, grotte, à la belle étoile) hors d’un village. Cela donne une indication de preuve supplémentaire. L’inverse est sujet à suspicion. Le GPS étant aussi précis à quelques mètres, prouver que l’on a pris le pont ou qu’on a traversé la rivière plus bas à pied ou à la nage est difficile à prouver si l’on reste à quelques mètres. Si on voulait vraiment éviter les ponts ou routes : on essaye d’avoir un témoin et filmer le tronçon où on s’écarte de 50-100m de la structure humaine et on essaye d’avoir un point GPS de tracking qui ne se trouve pas à proximité du pont.

Pour le monde polaire, les vétérans et spécialistes ont développé les PECS. Les règles et terminologies ont été développées afin de pouvoir annoncer une expédition de manière claire pour tous.

Dans une zone habitée et où il y a des rencontres, on se doit d’uniquement accepter les sourires et la discussion. On n’ira pas jusqu’à se boucher les oreilles si une personne nous dit qu’il va y avoir un orage cette nuit. S’il y a orage on va le voir arriver et puisqu’on dort sous tente uniquement, on va mouiller la tente de toute façon. Savoir la météo n’est pas considérée comme une aide car cela n’aide pas en soi à la partie effort physique de la progression.

On ne refuse pas non plus l’utilisation d’un GPS pour se diriger ou même plus récemment d’un drone pour repérer les crevasses ou les « leads » sur la banquise arctique, cela fait partie du matériel moderne. Certes, Amundsen ou Hillary n’avaient pas cet équipement mais si cela existait à l’époque, ben sûr qu’ils les auraient utilisés. Leurs technologies de l’époque c’était la boussole, le sextant ou le pétrole.

En autonomie, il est normal de pouvoir se servir de la nature : du bois pour faire un feu, de la rivière, d’une mare ou de la neige pour faire de l’eau, de pêcher, chasser ou cueillir des fruits. (Pas les fruits d’un cultivateur près d’un village évidemment).

Et pour l’électricité ? En autonomie, on recharge idéalement par panneau solaire ou via des batteries-packs qu’on transporte. Si on utilise un tracking pour prouver un record, on peut admettre qu’on recharge une batterie sur un réseau électrique. Pourquoi ? Parce que c’est énergivore. Ce qui ne sera pas accepté c’est de par exemple partir avec un smartphone et de le recharger chaque soir dans un gîte parce qu’on l’utilise pour naviguer avec le GPS actif toute la journée. Dans ce cas, on transporte des cartes, une boussole ou un GPS supplémentaire qui lui tient plusieurs semaines sans recharge. Ce qui est clair c’est qu’il faut documenter de manière honnête la manière dont on a réalisé un défi en autonomie complète. Pas de non-dits.

Et les équipes de tournage ? Pareil il faut le dire. Idéalement on se filme soi-même. L’équipe de tournage ne peut pas « toucher » l’aventurier. Une équipe de tournage sur un chemin de randonnée très utilisé, c’est évidemment acceptable car elle ne va pas constituer une aide morale importante. Au contraire, ce fait souvent perdre du temps car il est parfois demandé de « rejouer » un passage plusieurs fois comme passer sur un pont. Dans des endroits très isolés comme les pôles ou les déserts, c’est différent. La solitude (seul ou en équipe) doit faire partie du défi. Donc une équipe qui filme de bout en bout ce n’est plus vraiment de l’autonomie ou disons que ce n’est pas ce qu’on est censé venir chercher dans une aventure engagée, en solitaire et en autonomie. Là aussi on peut tolérer que pour les raisons d’un film, une équipe vienne les premiers ou/et derniers jours du défi, même un peu en cours de route. On accepterait évidemment une équipe au départ de la banquise, au pôle Nord et de l’autre côté de la banquise.

Mais en général, pendant l’expédition on se filme soi-même et même si cela implique souvent de placer un trépied, de reculer, de passer devant la caméra et de revenir chercher son trépied en faisant trois fois la distance.

Louis-Philippe Loncke Tasmania Winter Trek 2016

Anecdotes d’expédition en autonomie :Alors que je mets mon sac à dos bien lourd, un randonneur à proximité ramasse mes bâtons de marche pour me les donner. J’ai dû expliquer de les remettre à terre afin d’être certain de ne pas recevoir d’aide. Cela m’est arrivé deux fois. Pareil pour les personnes qui essayent de m’offrir un biscuit ou autre sucrerie. Il faut refuser.

Conclusion
Il ne faut pas inventer une première mondiale qui est moindre qu’un record déjà établi. Non, on ne peut pas être le premier à atteindre exactement 4000m sur le Mont Blanc et redescendre.

Il faut arrêter avec les premières qui sont multi-disciplines traversant une zone géographique qui n’a pas trop de sens. Etre le premier à propulsion entre Londres et Helsinki en passant par Paris, et cela même si on fait les mers en kayak.

Fini les premières qui sont des combinaisons de défis : gravir l’Everest, descendre le fleuve Amazone en kayak et traverser l’Atlantique à la rame. Ce sont des expéditions superbes, distinctes qui n’ont aucun rapport. Par contre personne n’a encore descendu le plus long fleuve de chaque continent en kayak, ceci a un certain sens.

En autonomie on recherche la manière la plus « difficile » mais pas impossible de rejoindre deux points sur une zone géographique bien déterminée comme un chemin bien défini et connu, le tour d’une île ou d’un lac, une traversée d’un pays, continent, chaîne de montagne ou désert avec des délimitations qui sont choisies, déterminées de telle sorte que personne ne puisse vous contredire. Ne marchez pas en tirant avec une charrette remplie de vivres de Bray-Dunes à Le Conquet pour prétendre que vous êtes la première personne à traverser la France en autonomie.

Enfin, si c’est votre première expédition où vous voulez annoncer un record. Avant d’annoncer cela à vos amis, médias et sponsors potentiels. Renseignez-vous. Ce n’est pas parce que vous n’avez rien trouvé en Français en 2020 sur internet qu’il n’y a pas un Russe ou un Australien qui l’a fait en 1985.

Et surtout, fournissez une carte détaillée du trajet prévu ET du trajet réalisé si fortement différent. Viser Lisbonne – Miami à la rame (6666km) et arriver à Boston (5125km) c’est énorme mais c’est un peu louper son objectif de +-25%.


Expedition in full autonomy - World First expedition

FRENCH HERE

This article was first published on the SEF's blog (Society French Explorers)

For several years, the expeditions and exploits of various adventurers and explorers have been highlighted in the media and on social networks. This is a very good thing for the ecosystem, since we need a certain visibility that will eventually allow us to sell a derivative product such as a book, a film or a conference. Obviously, some people receive little or no media coverage and we don't hear about their feat or only in a restricted circle linked to the discipline such as caving.

Since the 1980s, the number of challenging expeditions (with a record objective) has exploded and as in any "sport", there are certain codes to be respected by the community. There is no national or international federation for sports expeditions, but there is a terminology, a vocabulary that is understood by the older generation and that must be known. The danger of not mastering this vocabulary is that a novice will announce an expedition and make a mistake that could cause a lot of friction in the community.

In short, the community regularly discovers a misleading publication about an expedition that makes it more difficult in the eyes of the public than it really is; either deliberately by using a vague word that is open to interpretation, or clumsily. The feat is then embellished by a journalist who is not familiar with the milieu and the reader reads an attractive story that seems daring but is not in comparison with other expeditions.

Sometimes the unspoken facts make it clear that an expedition is being lied about. This is rare but not anecdotal.

The two most recurrent problems concern world firsts and the notion of complete (or total) autonomy. There is some subjectivity when these points are discussed but over time a certain consensus has emerged.

Explanations

Note: this text is intended to be concise and only partially details the problem that exists when there is a lack of knowledge or precision in the description of expeditions with feats.

World firsts.

There are the 'big' world firsts such as climbing Everest first or reaching a pole. Within the big notable firsts there are styles and variants. Climbing Everest solo or without oxygen is a different style. A variant is for example a new route. One can be the first to climb Everest by a new route or go to the pole from a different starting point. Often when the challenge is more difficult, bold or dangerous, the community recognizes the achievement.

There are also various firsts that depend on the person: first of a particular nationality or having an attribute such as a disability (blindness).

There are firsts that are buzzworthy and not really interesting firsts. The first to snapchat on top of Mount Everest. In itself this is a first, but it could have been done before and does not demonstrate a new way of achieving the feat that requires preparation, intelligence or significant risk-taking.


Louis-Philippe Loncke Simpson Desert Trek 2008

You can try to become the first person to reach the top of the world wearing a pink helmet. You're more likely to be laughed at than congratulated.

Some people invent ridiculous world firsts that are easy to dismantle: being the first person to kite 100km in less than 8 hours in Antarctica... when someone had already covered 600km in 24 hours before and didn't brag about it because it's a distance that is regularly achieved.

There are firsts that are combinations of challenges that make sense and others that do not. The 7 summits challenge makes sense (climbing the highest peak on each continent). Is it meaningful to be the first to walk across the 5 largest islands in the world? It's less obvious because depending on the definition you take, you don't have the same 5 islands. Moreover, how can you define a crossing of a place? Crossing Italy from North to South or from East to West is not the same. Should we add the crossing of the big islands that are part of Italy like Sardinia and Sicily? In any case, every serious adventurer and explorer should always present a map of the route.

Complete autonomy

A subject that is still being debated today is the interpretation of carrying out an expedition or a challenge in complete autonomy. Especially in English, where the terms "full autonomy, unsupported, unassisted" can be found. We will limit ourselves here to challenges with "horizontal" progression between a well-defined starting point and finishing point, which can be the same in the case of a return/round trip journey or a loop.

In simple terms, being completely autonomous means not depending on anyone for the duration of the challenge. One could say in some cases to be alone in the world during one's challenge, humanity outside of our bubble no longer exists. The term can be used in sailing, but it is mainly used for polar expeditions (North Pole, South Pole, and Greenland)

What does it mean in practice?

Refusing to resupply or receive help underway and this includes not having preplaced food drops or equipment in certain places. The regular mistake is for people or groups who are 'on their own' without a logistic team and who are actually self-sufficient on long human powered journeys (often walking). They buy food along the way, or even rest in hotels or stay overnight with the locals. As it is not "mum" who does the shopping because they are old enough to do it alone, they think they are complete autonomy, which is not the case.

If we walk to a lake and a kayak is there to cross the lake, it is an assistance because the kayak has been placed beforehand. It is therefore not possible to claim autonomy if you move across continents by sailboat or plane, for example. In this case, we would have a long journey made up of several expeditions which can be in autonomy. But it is important to understand that any autonomy ends as soon as you are re-supplied or receive external help.

Criticism

Use an asphalt road? A track? A bridge? Is it an aid? Well, it depends on the context and you have to compare it to the past. If you take out the humans, it seems that using man-made structures is not considered as assistance. So you can be completely autonomous and use that. Except that there are exceptions to this. In polar areas, there are theoretically no roads. This is why (among other things) Colin O'Brady was heavily criticized after his crossing of Antarctica. He used the flat road maintained by a track vehicle that runs from the South Pole to the coast. This line or route is marked with poles so it makes navigation a breeze. The physical and mental effort (direction to take) is made much easier. And compared to other previous expeditions that avoided or did not use this track, this is not correct. It is clearly an aid of hundreds of kilometers.

It’s not the case on a well-known official hiking trail. If, for example, one decides to do the GR20 in complete autonomy, well, the GR20 uses bridges, bits of road... and this is not a problem since the path is well defined and is the same for all.


Louis-Philippe Loncke Tasmania 2007

If you want to establish and prove a record in (complete) autonomy, you have to make sure you can prove it. Nowadays, a GPS tracker allows you to report points on a map in real time. You can see the route taken, the geolocation with "timestamp" allows anyone to estimate that you have a "slow/normal" progression speed if you are heavily loaded at the start (for example with a 45kg bag on your back), that you have frequent breaks, that you have not stayed 30 minutes in a village (hey, have you been shopping?) or even worse, that you have spent a night in the village (in a house or in a tent?). It is also obviously considered "normal" to sleep only in a tent (or natural place, cave, under the stars) outside a village. This gives an additional indication of evidence. Not doing it is subject to suspicion. A GPS is also accurate to within a few meters, proving that you took the bridge or crossed the river below on foot or by swimming is difficult to prove if you stay within a few meters. If you really wanted to avoid bridges or roads: you try to have a witness and film the section where you deviate 50-100m from the human structure and you try to have a GPS tracking point that is not near the bridge.

For the polar world, veterans and specialists have developed PECS. The rules and terminology have been developed to be able to announce an expedition in a way that is clear to everyone.

In a populated area where there are encounters, one should only accept smiles and discussion. We don't go so far as to cover our ears if someone tells us that there will be a storm tonight. If there is a storm we will see it coming and since we only sleep in tents, we will get the tent wet anyway. Knowing the weather is not considered to be a help because it doesn't in itself help the physical effort part of the progression.

Neither is the use of a GPS to navigate or even more recently a drone to spot crevasses or leads on the Arctic ice pack, part of the modern equipment. Amundsen or Hillary didn't have this equipment but if it existed at the time, they would have used it. Their technology at the time was the compass, the sextant or petrol.

In autonomy, it is normal to be able to use nature: wood to make a fire, a river, a pond or snow to make water, to fish, hunt or pick fruit. (Not the fruit of a farmer near a village of course).

What about electricity? In autonomy, you ideally recharge by solar panel or via battery packs that you carry. If you use tracking to prove a record, one can admit that you charge a battery on a power grid. Why would you do this? Because it is energy consuming. What will not be accepted is, for example, to leave with a smartphone and recharge it every evening in a hut because you use it to navigate with the GPS active all day. In this case, you carry maps, a compass or an extra GPS that lasts several weeks without recharging. What is clear is that you have to document in an honest way how you have achieved a challenge in complete autonomy. Don’t hide any information that could decrease the “wow” of the expedition.

What about a film crew? The same thing needs to be said. Ideally, you film yourself. The film crew cannot "touch" the adventurer. A film crew on a well-used hiking trail is obviously acceptable, as they are not going to be an important moral support. On the contrary, it often wastes time because it is sometimes necessary to "replay" a passage several times, such as crossing a bridge. In very isolated places like the poles or deserts, it is different. Solitude (alone or in a team) has to be part of the challenge. So a team filming from start to finish is no longer really autonomy, or let's say it's not what you're supposed to be looking for in a committed, solo, autonomous adventure. Here too, we can tolerate that for the reasons of a film, a team comes during the first and/or last days of the challenge, even a little bit along the way. We would obviously accept a team at the start of the expedition, at the North Pole and on the other side of the ice pack.

But in general, during the expedition, we film ourselves, even if this often means setting up a tripod, move backwards, passing in front of the camera and coming back for the tripod doing three times the distance.

Louis-Philippe Loncke Tasmania Winter Trek 2016

Anecdotes from expeditions in full autonomy: As I put on my heavy backpack, a hiker nearby picked up my walking sticks and gave them to me. I had to request him to put them back on the ground to make sure I wouldn't get any help. This happened to me twice. The same goes for people who try to offer me a biscuit or other sweet. You have to refuse.

Conclusion

You don't have to invent a world first that is less than an already established record. No, you can't be the first person to reach exactly 4000m on Mont Blanc and come back down.

You have to stop with firsts that are multi-disciplinary and cross a geographical area that doesn't make much sense. Being the first to progress from London to Helsinki via Paris, even if you do the seas by kayak makes no sense, it so unique of course no one has done it. It has no major challenge.

No more world firsts that are combinations of challenges: climbing Everest, kayaking down the Amazon River and rowing across the Atlantic. These are superb, separate expeditions that have nothing to do with each other. However, no one has yet descended the longest river on each continent in a kayak, which makes sense.

In autonomy, you are looking for the most "difficult" but not impossible way to reach two points on a well-defined geographical area, such as a well-defined and known path, the tour of an island or a lake, a crossing of a country, continent, mountain range or desert with boundaries that are chosen, determined in such a way that nobody can contradict you. Don't walk with a cart full of food from Dunkirk to Bordeaux and claim that you are the first person to cross France on your own.

If you have an expedition where you want to announce a record. Before you announce it to your friends, media and potential sponsors, do your homework. Just because you haven't found anything in English in 2020 on the internet doesn't mean that a Russian or an French didn't do it in 1985.

And above all, provide a detailed map of the planned route AND the actual route if it is very different. Aiming for Lisbon - Miami by rowboat (6666km) and arriving in Boston (5125km) is huge but it's a bit of a miss.


Saturday, June 05, 2021

Kungsleden trail unsupported and human powered

EN: In the past 10 days I came with an idea of a new small expedition for this August. In short I want to do the famous Kungsleden trail in Sweden. But of course on my way: fully unsupported and I plan to packraft all lakes. A journey of over 500km. That is including the iconic Skierfe Mountain (apparently one of the best nature lookout in Sweden) and the Kebnekaise North climb (highest point in Sweden)

I haven't found anyone who did it. Well a failed attempt in 2020. There's no Kungsleden entry in the logs for "official routes" used for speed records.

FR: Ces dix derniers jours, j'ai eu l'idée d'une nouvelle petite expédition pour le mois d'août. En bref, je veux faire le célèbre sentier Kungsleden en Suède. Mais bien sûr à ma façon: sans assistance et je prévois de faire du packraft sur tous les lacs. Un voyage de plus de 500km. Cela inclut l'emblématique montagne Skierfe (apparemment l'un des meilleurs points de vue sur la nature en Suède) et l'ascension du nord Kebnekaise (le point le plus élevé de Suède).

Je n'ai trouvé personne qui l'ait fait. Eh bien une tentative ratée en 2020. Il n'y a pas d'entrée dans les registres du Kungsleden pour les "routes officielles" utilisées pour les records de vitesse.




Thursday, September 10, 2020

HRP 2020 Crossing the Pyrenees unsupported

EN: This is a brief account and the Press Release online of the HRP2020 expedition that is just finished.

FR : Voici un bref compte-rendu et le communiqué de presse en ligne de l'expédition HRP2020 qui vient de se terminer.

NL: Dit is een korte uiteenzetting en het persbericht online van de HRP2020-expeditie die net klaar is.

ES: Este es un breve relato y el comunicado de prensa en línea de la expedición HRP2020 que acaba de terminar.

Last Update: 10/09/2020 - 19h00

 





Chiffres / Cijfers / in Numbers / Cifras
· Start : Hendaye (France) – 26/07/2020 – 13h00 
· End : Banyuls-sur-Mer – 06/09/2020 – 18h00 
· Summit Pyrenees / - Pico Aneto (3404m) – 19/08/2020 (25th day of the expedition) 
· Duration: 43 calendar days (42 days and 5 hours) 
· D+ : + and - 44.000m (to be adjusted when getting deeper into each single day, but a minimum)
· Total Distance: +700 km (to be adjusted when getting deeper into each single day, Mariano says at least 720km)
Daily Distance and Daily Cummulative ascent will come as the equipment list and detailed food.
· Prestigious summits: Mount Aneto (3404m), Mount Carlit (2921m), Mount Canigou (2784m) 
· Nights in a tent: 42, Night in a refuge/hut/cabana : 0 
· Weight start LP Loncke : 76,3kgs 
· Weight end LP Loncke : 65,2kgs (-11,1 kgs) 
· Weight backpack start : 49kgs (32kgs food, 15kgs gas + equipment, 2L water) 
· Weight backpack at Gavarnie : 33kgs (13/08/2020) 
· Weight backpack end : 14kgs 
· Weight backpack median : 31,5 kgs 
· Consumed Calories 120.000 Cal (food) 85.000 Cal (body mass loss) = 205.000 Cal of energy used during the expedition 
· 17th expedition of LP Loncke 
· 12th World First expedition of LP Loncke 
· Age: 43 (03/03/1977) / Place of Birth: Mouscron, Belgium / Living Place: Brussels.

Liens / Links / Enlaces

· Route variant HRP utilisée : https://www.openrunner.com/r/9495592
· Remark: This is the reference route used for the expedition. 
· Side Trip to Climb Mount Aneto highest peak: https://www.topopyrenees.com/randonnee-pic-aneto-3404m/

Route:
Photos:

Texte FR

L’explorateur et aventurier Belge Louis-Philippe Loncke (43 ans) vient de réaliser une première mondiale en devenant la première personne au monde à traverser les Pyrénées (France, Espagne, Andorre) en autonomie complète et sans assistance extérieure.

Il est parti d’Hendaye à l’Atlantique le 16 juillet avec un sac à dos de 49 kg contenant toute sa nourriture et équipement pour la traversée. Les règles : Ne jamais se réapprovisionner, toujours dormir sous tente, aucune aide extérieure. Il est arrivé à Banyuls dimanche et est revenu en autostop à Bruxelles Lundi 7 septembre.

Personne n’a jamais réussi un tel défi car la difficulté est de transportant toute sa nourriture pour la durée de la traversée. Il a utilisé la HRP comme ligne directrice. Il a passé 43 jours dehors car il ne dormait que sous tente.

La HRP (Haute Route Pyrénéenne ou ARP, Alta Ruta Pirenaica) est un sentier qui se situe entre le GR10 (France) et le GR11 (Espagne). Il traverse les Pyrénées intégralement de l’Océan Atlantique à la mer Méditerranée. Il existe des variantes qui passent par d’autres sommets, lieux et Andorre. C’est un sentier de haute montagne qui est techniquement plus difficile qu’un GR et demande une préparation, expérience et exigence plus grande.

Chaque année, une dizaine de personnes tentent de traverser les Pyrénées de bout en bout via la HRP. Il y a beaucoup d’abandons et parfois des drames avec des randonneurs surpris par la météo et les éléments, orages, foudre… Tous le monde ne termine pas le HRP.

« J’ai tout eu ce que les Pyrénées offrent : les beaux paysages, les animaux, les orages, le vent, la pluie, la canicule, la faim, la soif, le chaud, le froid, la douleur et la fatigue journalière » « Les nombreux bandages et pansements » « Mais aussi de belles rencontres avec des bergers, animaux et autres randonneurs, une marmotte curieuse à 2 mètres de moi, le plaisir de parler car c’est ma première expédition où je croise de nombreuses personnes, ça aide au moral mais quand on parle trop on avance moins ».

Louis-Philippe Loncke s’est filmé avec une GoPro pendant l’expédition et compte réaliser un film et des conférences.

Anecdotes
· Le premier jour il échappe à la mort, il tombe dans un ravin de 5m avec son gros sac sur un sentier d’animaux en pensant être sur la HRP à la tombée de la nuit. Il est amorti par des ronces et des plantes à pique qui comme un velcro le maintiennent la tête en bas et ont arrêté sa chute. Il s’en sort avec une entorse et un hématome à la cheville.
· Il fait une chute en roulant sur lui-même au milieu de l’expédition et d’autres chutes qui se terminent dans blessure.
· La première semaine est un enfer car en canicule il est très lent et droit trouver de l’eau entre différents points.
· La deuxième semaine fût accompagnée d’orages journaliers avec pluie, grêle et éclairs. « Sur 7 jours, j’ai eu 6 jours de grêle, dont 1 jour avec de la grêle à 9h, 14h et 19h »
· Les dangers de cette expédition sont la météo et le poids du sac à dos, dormir uniquement sous tente offre une liberté mais est dangereux si on dort trop haut et seul. Le poids étant tellement grand qu’on est extrêmement lent dans les montées et qu’il faut être 100% concentré dans les descentes pentues et avec roches car la chute ne peut pas être arrêtée et veut donc dire accident ou mort. « Le 11e jour j’ai déjà cassé un bâton en carbone, j’ai donc coupé un arbre avec mon petit canif et des cailloux acérés pour me fabriquer un bâton de marche solide ».
· J’ai croisé des gens tous les jours. A cause du Covid, il est logique que les Européens soient restés en vacances en Europe et l’affluence dans les Pyrénées en randonnée a été multipliée cette année. Je ne suis rentré dans un refuge qu’un fois 30 minutes pour avoir du wifi et envoyer des photos, à part cela je suis resté dehors pendant 43 jours.
· Il n’a pas vu d’ours ni loup. Il a vu des tas d’autres animaux: insectes, lézards, vautours, serpents, marmottes, grenouilles,…
· Il a pu régulièrement trouver des baies (framboises, mûres, myrtilles sauvages) afin de trouver un complément de vitamines.
· Il prenait l’eau des torrents, lacs, rivières, neige, fontaines dans les quelques villages croisés.
· Il n’était pas autonome en électricité. Il avait un panneau solaire pour recharger les batteries mais pour le record et alimenter son traceur Garmin en temps réel, il a rechargé sa grosse batterie pack externe. En effet, sa position était mise en LIVE toutes les 30 minutes sur une carte internet afin que ses fans, famille, secours puissent le localiser. Cela prouve aussi qu’il n’a pas pris de transport
· Il a pris 1 jour de repos en restant 36h sous tente à Andorre lors d’une série de 3 jours d’orages incessants. « La première nuit ce fût comme un concert de Rammstein » grêle, pluie et plus de 200 éclairs pendant 11h d’affilée. Le sol autour de moi est devenu imbibé d’eau »
· « J’ai très peu dormi les dernières semaines, fatigué, le bruit, le cerveau stressé incapable de se mettre en veille, le bruit des cloches des vaches ou chevaux qu’ils ont autour du cou, mon ouïe affinée qui entend tout bruit suspect »
· Le suivi de ma trace GPS et les messages journaliers sur ma page Facebook ont été très suivis par mes fans et les personnes rencontrées dans les Pyrénées.
· Sa variante de la HRP est de 700km en incluant le sommet de l’Aneto et pas les 800km de la variante originale de la HRP car il ne doit pas faire de détours et descendre dans les villages pour se ravitailler.
· Il a parfois marché de nuit à la frontale, notamment tombé malades les 5 derniers jours, gravir le Canigou il a atteint le sommet au coucher du soleil et a dû le redescendre de l’autre côté en pleine nuit.
· Louis-Philippe a réalisé plusieurs exploits avec un sac à dos lourd (+40kgs) et s’est juré que ce serait le dernier défi à sac à dos lourd afin de préserver ses articulations. A 43 ans, s’il veut continuer les expéditions il faut commencer à ménager son corps.
· Lors d’un coup de froid exceptionnel fin août, les températures ont commencées à baisser fortement. Il a toujours eu froid la nuit, son duvet et sa perte de graisse, n’aidant pas. Un matin il a trouvé à 2100m, sa tenté gelé avec une couche de glace de 1mm dans son toit de tente. A 9h du matin au soleil il faisait encore 3°C.
· Il lui restait 1,8 kg de nourriture à la fin de l’expédition. « On peut encore se tuer ou se faire très mal dans les derniers 5kms donc il faut garder et rationner ses vivres »

Text NL

De Belgische ontdekkingsreiziger en avonturier Louis-Philippe Loncke (43) heeft zojuist een wereldprimeur bereikt door als eerste ter wereld de Pyreneeën over te steken (Frankrijk, Spanje, Andorra) in volledige autonomie en zonder enig externe hulp.

Hij vertrok op 16 juli van Hendaye aan de Atlantische Oceaan met een rugzak van 49 kg met al zijn voedsel en uitrusting voor de oversteking. Regels: Nooit herbevoorraden, altijd in tenten slapen, geen hulp krijgen. Hij kwam zondag aan in Banyuls en liftte maandag 7 september terug naar Brussel.

Niemand is ooit in zo'n uitdaging geslaagd omdat het moeilijk is om al zijn eten te dragen voor de duur van de overtocht. Hij gebruikte de HRP als richtlijn. Hij bracht 43 dagen buiten door omdat hij alleen in een tent sliep.

De HRP (Haute Route Pyrénéenne of ARP, Alta Ruta Pirenaica) is een “pad” dat tussen de GR10 (Frankrijk) en de GR11 (Spanje) ligt. Hij steekt de Pyreneeën volledig over van de Atlantische Oceaan naar de Middellandse Zee. Er zijn varianten die door andere pieken, plaatsen en Andorra gaan. Het is een hooggebergtewandeling die technisch moeilijker is dan een GR en die meer voorbereiding, ervaring en eisen vergt.

Elk jaar proberen een tiental mensen via de HRP de Pyreneeën over te steken. Er zijn heel wat verlatingen en soms drama's met wandelaars die verrast worden door het weer en de elementen, stormen, bliksem... Niet iedereen maakt de HRP af.

"Ik heb alles meegemaakt in de Pyreneeën: prachtige landschappen, dieren, onweer, wind, regen, hittegolf, honger, dorst, hitte, kou, pijn en dagelijkse vermoeidheid" "De vele verbruikte verbanden voor m’n voeten" “Maar ook mooie ontmoetingen met herders, dieren en andere wandelaars, een nieuwsgierige marmot op 2 meter afstand van mij, het plezier om te praten want het is mijn eerste expeditie waar ik veel mensen ontmoet, het helpt, je krijgt aanmoediging maar als je te veel praat verlies je ook tijd".

Louis-Philippe Loncke filmde zichzelf met een GoPro tijdens de expeditie en is van plan een film te maken en lezingen te geven.

Anekdotes

· De eerste dag ontsnapte hij aan de dood. Hij viel met zijn grote rugzak op een dierenspoor in een ravijn van 5 meter, denkend dat hij bij het vallen van de avond op de HRP zal zitten. Hij wordt gebukt gegaan onder braamstruiken en spadeplanten die hem als klittenband ondersteboven houden en zijn val tegenhouden. Hij ontsnapte met een verstuikte en gekneusde enkel.
· Hij valt midden in de expeditie over zichzelf heen en andere vallen die eindigen in blessures.
· De eerste week is de hel omdat hij in de hittegolf erg traag en recht is om water te vinden tussen verschillende punten.
· De tweede week ging gepaard met dagelijkse onweersbuien met regen, hagel en bliksem. "Over 7 dagen had ik 6 dagen hagel, 1 dag met hagel om 9:00, 14:00 en 19:00."
· De gevaren van deze expeditie zijn het weer en het gewicht van de rugzak. Alleen in tenten slapen biedt vrijheid, maar is gevaarlijk als je te hoog en alleen slaapt. Het gewicht is zo groot dat je extreem traag bent op de klimmen en je 100% geconcentreerd moet zijn op de steile en rotsachtige afdalingen omdat de val niet te stoppen is en dus een ongeluk of de dood betekent. "Op de 11e dag heb ik al een trekkingstok gebroken, dus heb ik met mijn kleine zakmesje en scherpe stenen een boom omgehakt om een sterke wandelstok te maken.
· Ik kwam elke dag mensen tegen. Door de Covid is het logisch dat de Europeanen op vakantie zijn gebleven in Europa en het aantal wandelaars in de Pyreneeën is dit jaar toegenomen. Ik ging maar één keer een hut in voor 30 minuten om wifi te halen en foto's te sturen, anders bleef ik 43 dagen buiten.
· Hij heeft geen beren of wolven gezien. Hij zag veel andere dieren: insecten, hagedissen, gieren, slangen, marmotten, kikkers,...
· Hij kon regelmatig bessen (frambozen, bramen, wilde bosbessen) vinden om een vitaminesupplement te vinden.
· Hij nam water uit stortbuien, meren, rivieren, sneeuw en fonteinen in de weinige dorpen die hij doorkruiste.
· Hij was niet zelfvoorzienend op het gebied van elektriciteit. Hij had een zonnepaneel om de batterijen op te laden, maar voor de goede orde en om zijn Garmin-tracker in real time van stroom te voorzien, laadde hij zijn grote externe accu op. Inderdaad, zijn positie werd elke 30 minuten LIVE op een internetkaart gezet zodat zijn fans, familie en reddingsteam hem konden lokaliseren. Het bewijst ook dat hij geen transport heeft genomen.
· Hij nam 1 dag vrij door 36 uur in tenten in Andorra te verblijven tijdens een reeks van 3 dagen van onophoudelijke onweersbuien. "De eerste nacht was als een Rammstein-concert" hagel, regen en meer dan 200 bliksemschichten nonstop gedurende 11 uur. De grond om me heen werd doordrenkt met water."
· "Ik heb de laatste weken weinig geslapen, moe, het lawaai, de gestresste hersenen die niet kunnen slapen, het geluid van de koeien of paarden met hun bel rond de nek, ik hoor alles”
· De tracking van mijn GPS-track en de dagelijkse berichten op mijn Facebook-pagina zijn erg populair bij mijn fans en mensen die ik in de Pyreneeën heb ontmoet.
· Zijn variant van de HRP is 700km inclusief de top van de Aneto en niet de 800km van de originele variant van de HRP omdat hij geen omwegen hoeft te maken en naar de dorpen te dalen om iets te kopen.
· Hij wandelde ook 's nachts met hoofdlamp vooral toen hij ziek was tijdens de laatste 5 dagen, de top van de Canigou dat hij bereikte bij zonsondergang en moest midden in de nacht weer naar beneden komen aan de andere kant.
· Louis-Philippe deed verschillende prestaties met een zware rugzak (+40kgs) en zwoer dat dit de laatste uitdaging zou zijn met een zware rugzak om zijn gewrichten te behouden. Op 43-jarige leeftijd moet hij, als hij de expedities wil voortzetten, beginnen met het sparen van zijn lichaam.
· Tijdens een uitzonderlijke koude periode eind augustus begon de temperatuur sterk te dalen. Hij heeft het 's nachts altijd koud gehad, zijn dons en vet verlies helpt niet. Op een ochtend vond hij op 2100m was zijn tent bevroren met een 1mm laag ijs in zijn tentdak. Om 9 uur 's morgens in de zon was het nog steeds 3°C.
· Hij had 1,8 kg voedsel over aan het einde van de expeditie. "Men kan nog steeds doden of zichzelf verwonden in de laatste 5 km, dus men moet zijn voedsel bewaren en rantsoeneren."

Text EN

Belgian explorer and adventurer Louis-Philippe Loncke (43) has just achieved a world first by becoming the first person in the world to cross the Pyrenees (France, Spain, Andorra) in complete autonomy and without outside assistance.

He set off from Hendaye at the Atlantic Ocean on 16 July with a 49 kg backpack containing all his food and equipment for the crossing. Rules: Never restock, always sleep in his tent, no outside help. He arrived in Banyuls on Sunday and hitchhiked back to Brussels on Monday 7 September.

Nobody has ever succeeded in such a challenge because the difficulty is to carry all his food for the duration of the crossing. He used the HRP as a guideline. He spent 43 days outside because he only slept in a tent.

The HRP (Haute Route Pyrénéenne or ARP, Alta Ruta Pirenaica) is high “unmarked” trail between the GR10 (France) and the GR11 (Spain). It crosses the Pyrenees entirely from the Atlantic Ocean to the Mediterranean Sea. There are variants that pass through other peaks, places and Andorra. It is a high mountain trail which is technically more difficult than a GR and requires greater preparation, experience is more demanding.

Every year tens of people try to cross the Pyrenees from one end to the other via the HRP. Many do abandon and sometimes drama occurs with hikers surprised by the sudden bad weather and the elements, storms, lightning... Not everyone finishes the HRP.

I experienced everything the Pyrenees has to offer: beautiful landscapes, animals, storms, wind, rain, heatwave, hunger, thirst, heat, cold, pain and daily fatigu " "I used many bandages" "But also beautiful encounters with shepherds, animals and other hikers, a curious marmot 2 metres away from me, the pleasure of talking because it is my first expedition where I meet many people, it helps my morale but when you talk too much, you don't progress as much ".

Louis-Philippe Loncke filmed himself with a GoPro during the expedition and plans to make a film and give lectures.

Anecdotes

· The first day he escaped death, he fell into a 5m ravine with his big backpack from an animal trail thinking he was on the HRP during dusk. He is cushioned by brambles and spade plants which like velcro hold him upside down and stop his fall. He escaped with a sprained and bruised ankle.
· He falls rolling over himself in the middle of the expedition and other falls that end without injury.
· The first week is hell because in the heat wave he is very slow and struggles to find water between different points.
· The second week was accompanied by daily thunderstorms with rain, hail and lightning. "Over 7 days I had 6 days of hail, including 1 day with hail at 9am, 2pm and 7pm.
· The dangers of this expedition are the weather and the weight of the backpack. Sleeping only in tents offers freedom but is dangerous if you sleep too high and alone. The weight is so great that you are extremely slow on the climbs and you have to be 100% concentrated on the steep and rocky descents because the fall cannot be stopped and therefore means accident or death. "On the 11th day I have already broken a carbon trekking pole, so I cut down a tree with my small swiss army knife and sharp stones to make a strong walking stick".
· I met people every day. Because of the Covid, it is logical that Europeans have stayed on holiday in Europe and the number of people hiking in the Pyrenees has multiplied this year. I only went into a refuge hut once for 30 minutes to get wifi and send photos, apart from that I stayed outside for 43 days.
· I didn't see any bears or wolves. He saw lots of other animals: insects, lizards, vultures, snakes, marmots, frogs,...
· He was regularly able to find berries (raspberries, blackberries, wild blueberries) in order to find a vitamin supplement.
· He took water from torrents, lakes, rivers, snow, fountains in the few villages he crossed.
· He was not self-sufficient in electricity. He had a solar panel to recharge the batteries but for the record and to power his Garmin tracking GPR in real time, he recharged his big external battery pack. Indeed, his position was put LIVE every 30 minutes on an internet map so that his fans, family and help could locate him. This also proves that he didn't take any transport.
· He took 1 day off, staying 36 hours in tents in Andorra during a series of 3 days of incessant thunderstorms. "The first night was like a Rammstein concert: hail, rain and more than 200 lightning bolts for 11 hours straight. The ground around me became soaked with water".
· I have slept very little in the last few weeks, tired, the noise, the stressed brain unable to stand still, the sound of bells of cows or horse that hangs around their neck, my sharp hearing that hears any suspicious noise".
· The tracking of my GPS track and the daily messages on my Facebook page have been very popular with my fans and the people I met in the Pyrenees.
· His variant of the HRP is 700km including the summit of the Aneto and not the 800km of the original variant of the HRP as he didn’t have to make detours and go down to the villages to resupply.
· He has sometimes walked at night with his headlight, including while being ill in the last 5 days, climbing the Canigou he reached the summit at sunset and had to come back down on the other side in the middle of the night.
· Louis-Philippe did many expeditions with a heavy backpack (+40kgs) and vowed that this would be his last challenge with a heavy backpack in order to preserve his joints. At the age of 43, if he wants to continue the expeditions so he has to start sparing his body.
· During an exceptional cold spell at the end of August, temperatures began to drop sharply. He has always been cold at night, his small worn out down sleeping bag and fat loss not helping. One morning he found his tent at 2100m frozen with a 1mm layer of ice in his tent roof. At 9am in the sun it was still 3°C.
· He had 1.8 kg of food left at the end of the expedition. "We can still kill or hurt ourselves in the last 5kms so we have to ration our food.

Texto ES

El explorador y aventurero belga Louis-Philippe Loncke (43) acaba de lograr una primicia mundial al convertirse en la primera persona del mundo en cruzar los Pirineos (Francia, España, Andorra) con total autonomía y sin ayuda exterior.

Salió de Hendaya hacia el Atlántico el 16 de julio con una mochila de 49 kg que contenía toda su comida y equipo para la travesía. Reglas: Nunca reabastecer, siempre dormir en tiendas de campaña, sin ayuda externa. Llegó a Banyuls el domingo y volvió a Bruselas en autostop el lunes 7 de septiembre.

Nadie ha tenido éxito en tal desafío porque la dificultad es llevar toda su comida durante la travesía. Usó el HRP como guía. Pasó 43 días fuera porque sólo durmió en una tienda de campaña.

El HRP (Haute Route Pyrénéenne o ARP, Alta Ruta Pirenaica) es un camino que se encuentra entre el GR10 (Francia) y el GR11 (España). Cruza los Pirineos completamente desde el Océano Atlántico hasta el Mar Mediterráneo. Hay variantes que pasan por otros picos, lugares y Andorra. Es un sendero de alta montaña que es técnicamente más difícil que un GR y requiere mayor preparación, experiencia y exigencias.

Cada año unas diez personas intentan cruzar los Pirineos de un extremo a otro a través del HRP. Hay muchos abandonos y a veces dramas con excursionistas sorprendidos por el clima y los elementos, tormentas, relámpagos... No todos terminan el HRP.

"Tenía todo lo que los Pirineos tienen para ofrecer: hermosos paisajes, animales, tormentas, viento, lluvia, ola de calor, hambre, sed, calor, frío, dolor y cansancio diario" "Los muchos vendajes y vendas" "Pero también hermosos encuentros con pastores, animales y otros excursionistas, una marmota curiosa a 2 metros de mí, el placer de hablar porque es mi primera expedición en la que conozco a mucha gente, ayuda a la moral pero cuando hablas demasiado avanzas menos".

Louis-Philippe Loncke se filmó a sí mismo con un GoPro durante la expedición y planea hacer una película y dar conferencias.

Anécdotas

· El primer día que escapa de la muerte, cae en un barranco de 5m con su gran bolsa en un sendero de animales pensando que estará en el HRP al anochecer. Está acolchado por las zarzas y las plantas de pala que, como un velcro, lo mantienen boca abajo y detienen su caída. Escapó con un esguince y un tobillo magullado.
· Se cae rodando sobre sí mismo en medio de la expedición y otras caídas que terminan en lesiones.
· La primera semana es un infierno porque en la ola de calor es muy lento y directo para encontrar agua entre diferentes puntos.
· La segunda semana estuvo acompañada de tormentas diarias con lluvia, granizo y relámpagos. "Durante 7 días tuve 6 días de granizo, 1 día con granizo a las 9:00, 14:00 y 19:00."
· Los peligros de esta expedición son el clima y el peso de la mochila. Dormir sólo en tiendas de campaña ofrece libertad pero es peligroso si se duerme demasiado alto y solo. El peso es tan grande que eres extremadamente lento en las subidas y tienes que estar concentrado al 100% en los descensos empinados y rocosos porque la caída no se puede detener y por lo tanto significa un accidente o la muerte. "En el undécimo día ya he roto un palo de carbono, así que corté un árbol con mi pequeño cortaplumas y piedras afiladas para hacer un fuerte palo para caminar.
· Me encontré con gente todos los días. Debido al Covid, tiene sentido que los europeos se hayan quedado de vacaciones en Europa y el número de personas que hacen senderismo en los Pirineos ha aumentado este año. Sólo fui a un refugio una vez durante 30 minutos para conseguir wifi y enviar fotos, de lo contrario me quedé fuera durante 43 días.
· No vio ningún oso o lobo. Vio muchos otros animales: insectos, lagartos, buitres, serpientes, marmotas, ranas...
· Regularmente pudo encontrar bayas (frambuesas, moras, arándanos silvestres) para encontrar un suplemento vitamínico.
· Tomó agua de torrentes, lagos, ríos, nieve, fuentes de los pocos pueblos que atravesó.
· No era autosuficiente en electricidad. Tenía un panel solar para recargar las baterías, pero para que conste y para alimentar su rastreador Garmin en tiempo real, recargó su gran paquete de baterías externas. De hecho, su posición fue puesta en VIVO cada 30 minutos en un mapa de internet para que sus fans, familia y equipo de rescate pudieran localizarlo. También prueba que no tomó un transporte.
· Se tomó un día libre permaneciendo 36 horas en tiendas de campaña en Andorra durante una serie de 3 días de incesantes tormentas eléctricas. "La primera noche fue como un concierto de Rammstein" granizo, lluvia y más de 200 rayos durante 11 horas seguidas. El suelo a mi alrededor se empapó de agua."
· "He dormido muy poco las últimas semanas, cansado, el ruido, el cerebro estresado incapaz de dormir, el sonido de las campanas de la vaca o del caballo alrededor de mi cuello, mi oído agudo que oye cualquier ruido sospechoso."
· El rastreo de mi rastro de GPS y los mensajes diarios en mi página de Facebook han sido muy populares entre mis fans y la gente que conocí en los Pirineos.
· Su variante del HRP es de 700 km incluyendo la cumbre del Aneto y no los 800 km de la variante original del HRP, ya que no tiene que hacer desvíos y bajar a los pueblos para repostar.
· A veces ha caminado por la noche con faro frontal, incluyendo cuando enfermo durante los últimos 5 días, subiendo al Canigou llegó a la cima al atardecer y tuvo que volver a bajar por el otro lado en medio de la noche.
· Louis-Philippe realizó varias hazañas con una mochila pesada (+40kgs) y prometió que este sería el último desafío con una mochila pesada para preservar sus articulaciones. A los 43 años, si quiere continuar con las expediciones tiene que empezar a salvar su cuerpo.
· Durante una excepcional ola de frío a finales de agosto, las temperaturas empezaron a bajar bruscamente. Siempre ha tenido frío por la noche, su caída y la pérdida de grasa no ayudan. Una mañana encontró a 2100m, su tienda congelada con una capa de hielo de 1mm en el techo de su tienda. A las 9 de la mañana en el sol todavía había 3°C.
· Le quedaban 1,8 kg de comida al final de la expedición. "Uno todavía puede matarse o herirse en los últimos 5 km, así que uno debe conservar y racionar su comida."