Saturday, February 03, 2024

Classification of adventure expeditions

(FRENCH under the tableau/table)

During my last expedition on the GTA. I started thinking of a classification system for adventures. I mean expeditions that are adventurous (so not related to exploration, scientific purposes omitted) and I'm building a 5 class system. I started working on this last August and today I'm still not finished but I classified my 19 expeditions and also the 20th expedition that I'm slowly preparing as well.

Class 5 is of  course the hardest and class 1 is easy. I'm not detailing here the criteria as I'm not done yet but for example I'd consider a regular guided Everest summit expedition as Class 2 and sailing an Ocean solo in a race like Class 1. The classes are risk based and somehow subjective but based on a mix of criteria like danger (animal, human, weather, terrain), type of progression, difficulty to plan and to get to (permits, remoteness...), potential rescue in case of an injury. World Firsts adventures get extra points because the adventurer shows it has done all the work to make it possible. This mean the next person doing the same expedition will get around 1 point less. If the person is very young/old, the person could get a Class+ for the expedition. Example: The next people kayaking around Lake Titicaca would get a 1 or 1+ class for the expedition. Yes the class is for the expedition, not the person. In the work I'm developing, you must have several class X expeditions to be a class X adventurer.

And once an expedition is done many times by others or is becomes a guided expedition (because logitics made easy, risks decreased, higher availability of rescue services), it can lose 1 or 2 classes. Class 4 and 5 are only for long duration solo (or duo) unsupported adventures as it is obviously much harder.

Obviously, for Everest, if you do it alpine style, without fixed ropes, without guides, without oxygen and in winter, you increase the risk of success so much that you would have a class 4.

  • WF = World First
  • Dist Fly = flying distance between points of for off track parts or distance measure on official hiking routes.
  • Real = real and reasonable distance covered if we add the distance between each step.
The highest level of class for an adventurer is 5 but certain individuals like Mike Horn, Borge Ousland or Australian Jon Muir have done so many difficult expeditions, they can be 5+ (Borge) or 6 (Horn, Muir) for me.

#

Cl

Name

WF

Days

Dist.Fly/Real

1

2

The Mountains of the Outback – NT, Australian Outback

Y

11

267 / 334

2

2

The Great Sand Island – Fraser Island, QLD, Australia

Y

9

230 / 250

3

4

Wild Mountains of Tasmania

Y

49

450 / 548

4

5

Simpson Desert Trek - NT/SA Australia

Y

36

560 / 800

5

1

Chocolate Sherpa Everest, Katmandu to E. Base Camp

 

24

400

6

2

Iceland Trek Summer

Y

19

369 / 560

7

1

Belgikayak – Belgium

Y

23

602

8

2

Poland Trek

Y

28

+-1200

9

1

Clipperton Island – Pacific Island, France

 

29

/

10

2

TitiKayak – Peru

Y

38

1100

11

1

Rio Marañon – Peru

 

6

?

12

3

Salar Trek (attempt) - Bolivia

 

7

180

13

3

Death Valley Trek – California, USA

Y

8

246 / 250

14

3

Simpson Desert Trek 2- NT Australia

 

12,5

 / +-300

15

3

Salar Trek 2 - Bolivia

Y

7

250

16

5

Tasmania Winter Trek

Y

52

450 / +-500

17

4

HRP – Haute Route Pyrénéenne – France/Spain/Andorra

Y

43

700

18

2

Kungsleden - Sweden

Y

19

515

19

3

GTA - France

Y

24

623

20

5

Not announced yet : Project SDT34

+-

+55

1050 / 1300


Lors de ma dernière expédition sur la GTA. J'ai commencé à réfléchir à un système de classification des aventures. Je veux dire des expéditions qui sont aventureuses (donc non liées à l'exploration ou à des fins scientifiques) et je suis en train de construire un système à 5 classes. J'ai commencé à travailler dessus en août dernier et aujourd'hui je n'ai toujours pas fini mais j'ai classé mes 19 expéditions et la 20ème expédition que je prépare lentement aussi.

La classe 5 est bien sûr la plus difficile et la classe 1 est facile. Je ne détaille pas ici les critères car je n'ai pas encore terminé mais, par exemple, je considérerais une expédition guidée régulière au sommet de l'Everest comme une classe 2 et une course à la voile en solitaire sur l'océan comme une classe 1. Les classes sont basées sur le risque et quelque peu subjectives, mais sur un ensemble des critères comme le danger (animal, humain, météo, terrain), le type de progression, la difficulté à planifier et à se rendre sur place (permis, éloignement...), les secours potentiels en cas de blessure. Les aventures premières mondiales obtiennent des points supplémentaires parce que l'aventurier montre qu'il a fait tout le travail nécessaire pour les rendre possibles. Cela signifie que la personne suivante effectuant la même expédition obtiendra environ 1 point de moins. Si la personne est très jeune ou très âgée, elle peut obtenir une classe+ pour l'expédition. Exemple: La prochaine personne faisant le tour du lac Titicaca en kayak obtiendrait une classe 1 ou 1+ pour l'expédition. Oui, la classe est pour l'expédition, pas pour la personne. Dans le travail que je suis en train de développer, vous devez avoir plusieurs expéditions de classe X pour être un aventurier de classe X.

Une fois qu'une expédition a été faite plusieurs fois par d'autres et qu'elle est guidée, elle peut perdre 1 ou 2 classes. Les classes 4 et 5 sont réservées aux aventures en solo (ou en duo) et sans assistance, car elles sont beaucoup plus difficiles.

Évidemment, pour l'Everest, si vous le faites en style alpin, sans cordes fixes, sans guides, sans oxygène et en hiver, vous augmentez tellement le risque de réussite que vous obtiendrez une classe 4.
  • WF = World First
  • Dist Fly = distance en vol entre les points de pour les parties hors piste ou distance mesurée sur les itinéraires de randonnée officiels.
  • Real = distance réelle et raisonnable parcourue si l'on additionne la distance entre chaque point.
Le niveau de classe le plus élevé pour un aventurier est 5, mais certains individus comme Mike Horn, Borge Ousland ou l'Australien Jon Muir ont réalisé tellement d'expéditions difficiles qu'ils peuvent être 5+ (Borge) ou 6 (Horn, Muir) pour moi.

Saturday, September 23, 2023

EN: In Paris, I reconnected with Caroline Moireaux - Pieds Libres at ABM, Aventure du Bout du Monde (Festival Globetrotters). We met in 2008 and she told me about the idea to walk around the globe in 10 years. She managed to do it in 8 years with some boats, paddling and some cycling as well but she made it. She's got a life time of experience to share. I hope to bring her to Brussels for a conference in 2024.

FR: À Paris, j'ai repris contact avec Caroline Moireaux - Pieds Libres à l'ABM, Aventure du Bout du Monde (Festival Globetrotters). Nous nous sommes rencontrés en 2008 et elle m'a parlé de son idée de faire le tour du monde à pied en 10 ans. Elle a réussi à le faire en 8 ans avec quelques bateaux, de la pagaie et un peu de vélo, mais elle a réussi. Elle a toute une vie d'expérience à partager. J'espère la faire venir à Bruxelles pour une conférence en 2024.

Sunday, August 20, 2023

Expedition Feedback GTA Grande Traversée des Alpes


EN: Like in every expedition, there's what we plan and then the reality. There's the things that will happen and things we didn't expect. Even if I succeeded to complete the GTA trek unsupported from Nice to Thonon-Les-Bains and even if it was a rather easy expedition, I've made a few mistakes that are great to know for the future.

First, the distance covered. For sure more than the minimum of 614 km of the GPX file I used. Some trekkers expected the GTA believes it's indeed closer to the 630km measured by Pascal Blanc and close to D+ 40.000m. Not really important because I must do the distance anyway? Correct but having +-34.000m or +-40.000m is a big difference if you need to calculate the calories to ingest.

Knowing the food left at the end of the expedition (I didn't eat everything and had certainly 2-3 days food left if I ration well), I ate 78.500 kcal and lost 6kg of body mass.

The pain in my left Achilles was unexpected. It started on day 5 and remained during all the expedition. I did shorter progression days. Only 1 day I started at 6 am and finished at 9 pm. Most of the expedition I think I started around 9 am to end around 9pm. The pain in my Achilles remained stable and that is the most important as I could finish the expedition without a major problem.

Not expected events

  • Some sources of water (public fountains) were closed. Luckily I was told about it by hikers going in opposite direction and for one important source closed, there is a large river 500 away where I actually took a break, washed my dirty legs and drank a lot.
  • On the first day I drank 7 liters. More on that day than in any deserts I have crossed. Why? I was not acclimatized to the heat, it was during a heatwave in France (you know, when the wind blows it feels like someone opened the door of the oven) and of course I start with a heavy (34kg including 4L water) backpack and must mainly go up all day starting from sea level.
  • Past Briançon, towards Montgenèvre, there's some forest. I came across 2 groups of 2 migrants in the late afternoon, then as the night fell, I saw a group of 6 guys in the distance, they've seen me, I've seen them, I tried to stay out of their way. Just as I found a place to pitch my tent, I saw a migrant 30m below me, opening his sleeping bag on the ground. I decided to go 150m further. I was not reassured, they're not normally bandits, but I'm on my own, so if one of them decides to steal something from me, it could derail my challenge. I slept with one eye open, ears out of my beanie to hear. Around 2 a.m., I heard branches snapping, people walking not far from me. I said "Hello" loudly to let them know I wasn't asleep. All my belongings, even my rucksack and poles, were with me in the tent. Nothing happened. Phew. I finally fell asleep. I woke up and started my day. After 300m I came across 3 ladies having breakfast. A group of 20 migrants approached not far from their 2 tents and lit up their tent with a light around 2am. They didn't know whether to shout or keep quiet. They had already dialed 112, so all they had to do was to press a button to make a call. They also heard the police making their rounds. We were scared for 1 night. Migrants are no doubt scared every night throughout their journey from another continent.

Mistakes:

  • On day 2, I fell forward, a lace loop from my left boot caught on the hook of my right boot. Beginner's mistake. This shouldn't happen. The phalanx of my left index finger is bent, it's still a bit sore today and a bit swollen.
  • I took 2 short merino T-shirts from the same brand. The seams are in the same place and shear my shoulders and hips in the same places. I put them on inside out, with the seams facing outwards, but that doesn't make much difference with the weight of the bag. It's on day 4 that I finally decide to bandage the shoulders and hips. 4 cm wide and 20 cm long. That'll do the trick.
  • Carrying too much water in the mountains. I have 4 bottles: 2*1L, 1*1.5L and 1* 0.5L. I'm getting rid of the big bottle after a few days because I don't need to carry 4 liters of water any more. On the other hand, in the high mountains and until the end of the expedition, I regularly carry 500ml between 2 water points without drinking. It's stupid to carry water for nothing, but it's better than the other way round. In fact, on the penultimate day, I refill my 500ml at 9am and only find a source with water to purify around 4pm. And on the way down to Lake Geneva during this other heatwave, I'm very thirsty. Better preparation would allow me to know with certainty where there is water and therefore avoid carrying it at high altitude where water is quite abundant.
  • Too much food. I knew towards the end that I'd probably make it in 24 days instead of the estimated 25. I had forgotten the exact quantity of nuts and cereals and during the first 2 weeks I ate too little. I lost too much weight too quickly and should have lightened up. What's more, with the heatwaves, I didn't need to heat up my body during the day. Finally, it's better to finish an expedition with 1,4kg of food than to fail for lack of energy, exhaustion for 1 day. So I have to remember exactly how much food is in my pack.
  • The shoulder strap on my new backpack ripping off. Clearly, with the usual bag for these expeditions, this wouldn't have happened. But hey, when you want to save 600 grams. And indeed, in the end, everything in this little bag means that the center of gravity is very close to my body, so there's little risk of losing my balance.

Good Strategy?

I think the Nice start was a good choice. Admittedly, I started with far too much water (4L), but I avoided the danger of long, long descents with a heavy pack. The GTA-GR5 is very easy to walk compared to the HRP, but you climb a lot more all at once, and inevitably you descend a lot more too. And to do this with a heavy bag while remaining focused at every step is the great difficulty of this project.

I estimate that 5% of people doing the GTA (GR5, HexaTrek) start from the South. So I meet a lot of people coming in the opposite direction. The GR5 signs are clearly designed for their direction, not mine. I've made a few mistakes. I had to turn on my phone and check the map to see if I was on the right path. I didn't have a paper map. 2 mobile phones with maps. That's all and that's enough, we're on a GR.

The advantage is that they (other walkers) tell me about the terrain to come or the water, but frankly, when it comes to water, they're quick to forget or make mistakes. 3 hours beforehand for them could be 1 hour for me if I'm going downhill, or double that if I'm going up with my big bag. And I can also decide that the water point indicated seems too risky to drink. The downside is that I've lost 1 day in total just talking to people. Well, during these discussions, I rest and gain followers on Instagram. Their testimonial is also proof of my progress, my big bag they saw and my relative slowness.

Conclusion

I believe that the GTA can be completed in 18-20 days on its own and without assistance. This means taking fewer supplies, being fast and above all working long hours from 6am to 9-10pm. I also had only 1 major thunderstorm and 4 days of rain, 2 of which got me completely wet.

I'm glad I took along a pair of super-light trail shoes that I used for the long runs on asphalt.

In any case, the Alps are magnificent. And there are villages and hamlets where I really wanted to stop and order a good meal. We'll have to come back for a few more stages.


FR:

Comme dans toute expédition, il y a ce que l'on prévoit et puis la réalité. Il y a ce qui va arriver et ce à quoi on ne s'attendait pas. Même si j'ai réussi à terminer le trek GTA sans assistance de Nice à Thonon-Les-Bains et même si c'était une expédition plutôt facile, j'ai fait quelques erreurs qu'il est bon de connaître pour l'avenir.

Tout d'abord, la distance parcourue. Certainement plus que le minimum de 614 km du fichier GPX que j'ai utilisé. Certains trekkeurs estiment que la GTA est en effet plus proche des 630 km mesurés par Pascal Blanc et proche de D+ 40.000m. Pas très important puisque je dois faire la distance de toute façon ? C'est exact mais avoir +-34.000m ou +-40.000m est une grande différence si vous devez calculer les calories à ingérer.

Connaissant la nourriture restante à la fin de l'expédition (je n'ai pas tout mangé et il me restait certainement 2-3 jours de nourriture si je me rationnais bien), j'ai mangé 78.500 kcal et perdu 6kg de masse corporelle.

La douleur dans mon tendon d'Achille gauche était inattendue. Elle a commencé le 5ème jour et est restée pendant toute l'expédition. J'ai fait des journées de progression plus courtes. Un seul jour, j'ai commencé à 6 heures du matin et j'ai terminé à 21 heures. Pendant la majeure partie de l'expédition, je pense que j'ai commencé vers 9 heures pour finir vers 21 heures. La douleur au talon d'Achille est restée stable et c'est le plus important car j'ai pu terminer l'expédition sans problème majeur.

Événements non prévus

  • Certaines sources d'eau (fontaines publiques) étaient fermées. Heureusement, des randonneurs qui allaient dans la direction opposée m'en ont parlé et pour une source importante fermée, il y a une grande rivière à 500 mètres où j'ai fait une pause, lavé mes jambes sales et bu beaucoup d'eau.
  • Le premier jour, j'ai bu 7 litres. Plus ce jour-là que dans tous les déserts que j'ai traversés. Pourquoi ? Je n'étais pas acclimaté à la chaleur, c'était pendant une vague de chaleur en France (vous savez, quand le vent souffle, on a l'impression que quelqu'un a ouvert la porte du four) et bien sûr je pars avec un sac à dos lourd (34kg dont 4L d'eau) et je dois principalement monter toute la journée en partant du niveau de la mer.
  • Passé Briançon, vers Montgenèvre, il y a de la forêt. J'y croise 2 groupes de 2 migrants en fin d'après-midi puis à la tombée de la nuit, je vois au loin un groupe de 6 gars, ils m'ont vus, je les ai vus, je cherche à ne pas être sur leur chemin. Au moment où je trouve un endroit pour poser ma tente, je vois à 30 m plus bas, un migrant qui ouvre son sac de couchage au sol. Je décide d'aller 150m plus loin. Je ne suis pas rassuré, ils ne sont normalement pas des bandits mais je suis en autonomie, si l'un décide de me voler quelque chose, cela pourrait faire échouer mon défi. Je dors avec un oeil ouvert, les oreilles hors de mon bonnet pour entendre. Vers 2h du matin, j'entends des branches qui cassent, on marche pas loin de moi. Je dis "Hello" bien fort pour qu'on sache que je ne dors pas. Toutes mes affaires, même le sac à dos et les bâtons sont avec moi dans la tente. Rien ne se passe. Ouf. Je finis par m'endormir. Réveil et j'entame ma journée. Après 300m je tombe sur 3 dames qui déjeunent, elles ont eu très peur. Un groupe de 20 migrants s'est approché pas loin de leurs 2 tentes et a éclairé la tente aussi vers 2h du matin. Elles ne savaient pas s'il fallait mieux crier ou se taire. Elles avaient déjà composé le 112 et il n'y avait plus qu'à lancer l'appel. Elles ont entendu aussi la police faire des rondes. Nous avons eu peur 1 nuit. Les migrants ont sans doute peur chaque nuit pendant tout leur périple depuis un autre continent.
Mes erreurs:

  • Le 2ème jour, je fais une chute en avant, une boucle de lacet de ma bottine gauche s'est accrochée au crochet de la bottine droite. Erreur de débutant. Cela ne devrait pas arriver. La phalange de mon index gauche pliée, j'ai encore un peu mal aujourd'hui et elle est encore un peu gonflée.
  • J'ai pris 2 t-shirts mérinos court de la même marque. Les coutures sont aux mêmes endroit et me cisaillent les épaules et les hanches au mêmes endroits. Je les mets à l'envers, coutures vers l'extérieur mais cela ne change pas grand-chose avec le poids du sac. C'est au 4ème jour que je décide enfin de panser les épaules et les hanches. 4 cm de large et 20 cm de longueur. Cela fera l'affaire.
  • Porter trop d'eau en haute montagne. J'ai 4 bouteilles: 2*1L, 1*1.5L et 1* 0.5L. Je me sépare de la grande bouteille après qqs jours car je ne dois plus transporter 4 litres d'eau. Par contre en haute montagne et jusqu'à la fin de l'expédition je transporte régulièrement 500ml entre 2 points d'eau sans boire. C'est con de transporter de l'eau pour rien mais vaut mieux cela que l'inverse. D'ailleurs l'avant dernier jour je recharge mes 500ml à 9h du matin et je ne retrouve qu'un abreuvoir avec de l'eau à purifier vers 16h. Et en descendant vers le Lac Léman pendant cette autre canicule, j'ai très soif. Mieux préparer me permettrait de savoir avec certitude où il y a de l'eau et donc éviter d'en porter en haute altitude où l'eau est assez abondante.
  • Trop de nourriture. Je savais vers la fin que j'allais réussir sans doute en 24 jours au lieu de 25 estimés. J'avais oublié la quantité exacte de noix et céréales et pendant les 2 premières semaines je mangeais trop peu. J'ai perdu trop de masse trop vite et j'aurais dû m'alléger. En plus avec les canicules, pas besoin de chauffer mon corps en journée. Enfin, vaut mieux terminer une expédition avec 14kg de nourriture que d'échouer par manque d'énergie, épuisement pendant 1 journée. Je dois donc mieux me souvenir de la quantité exacte de nourriture dans mon sac.
  • La bretelle de mon nouveau sac à dos qui s'arrache. Il est clair qu'avec le sac habituel pour ces expéditions, cela ne serait pas arrivé. Mais bon, quand on veut gagner 600 grammes. Et en effet, à la fin, tout dans ce petit sac fait que le centre de gravité est très proche de mon corps donc peu de risque de perdre l'équilibre.

Une bonne stratégie ?
Le départ à Nice était je crois un bon choix. Certes je commence avec beaucoup trop d'eau (4L) mais j'ai évité le danger que représentent les grandes et longues descentes avec un sac lourd. La GTA-GR5 est très roulante par rapport à la HRP mais on monte d'un coup beaucoup plus et forcément on descend beaucoup plus aussi d'un coup. Et faire cela avec un sac lourd tout en restant concentré à chaque pas, c'est la grande difficulté de ce projet.

J'estime que 5% des personnes faisant la GTA (GR5, HexaTrek) partent du Sud. Je rencontre donc énormément de gens venant en sens inverse. La signalisation du GR5 est clairement faite pour leur sens et pas le mien. Je me suis trompé quelques fois. Il faut alors allumer mon téléphone et regarder sur la carte si je suis sur le bon chemin. Je n'ai pas de carte papier. 2 GSM avec les cartes. C'est tout et suffisant, on est sur un GR.

L'avantage est qu'ils me parlent du terrain à venir ou de l'eau mais franchement, pour l'eau ils oublient vite ou se trompent. 3h avant pour eux cela peut être 1h pour moi si en descente ou le double si je monte avec mon gros sac. Et je peux aussi décider que le point d'eau indiqué me semble trop risqué à boire. L'inconvénient est que j'ai bien perdu 1 jour au total rien qu'à parler aux gens. Bon, pendant ces discussions, je me repose et j'ai gagné des followers sur instagram. Leur témoignage est aussi une preuve de ma progression, de mon gros sac qu'ils ont vu et de ma lenteur relative.

Conclusion

Je crois que la GTA en autonomie et sans assistance peut se faire en 18-20 jours. Cela veut dire prendre moins de vivres, être rapide et surtout faire des longues heures de 6h du matin à 21-22h le soir. J'ai eu aussi 1 seul gros orage et 4 jours de pluie dont 2 gros jours qui m'ont complètement mouillé.

Content d'avoir emmené une paire de chaussures de Trail hyper légères que j'ai utilisé pour les longs trajets sur le bitume.

En tout cas, les Alpes, c'est magnifique. Et il y a des villages et hameaux dans lesquels j'ai vraiment eu envie de m'arrêter et de commander un bon plat. Va falloir revenir faire quelques étapes.